Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Stages à l'étranger

Articles avec #stages en europe tag

Dublin – Conseils pratiques

23 Mai 2017 , Rédigé par Étudiants du département informatique de l'IUT d'Orsay Publié dans #Stages en Europe, #2017, #Conseils

Dublin est une ville incroyablement vivante et très agréable à vivre, mais certaines précautions sont à prendre avant de partir. Cet article est destiné à vous aider à vous préparer pour profiter au maximum de votre séjour sans subir de mauvaises surprises.

Logement

Lorsque vous préparez votre voyage, pas la peine de chercher un logement à l’avance. Réservez une semaine ou deux dans une auberge de jeunesse et chercher votre logement sur place durant cette période. A Dublin, les logements tournent vite et il y a très peu de chance qu’un propriétaire vous attende sans louer le logement à quelqu’un d’autre. En outre, ne louer JAMAIS sans visiter avant (Alexandre et moi ne l’avons pas fait, on a été surpris…). Vous trouverez de tout : du palace au taudis alors encore une fois, la visite est absolument impérative.

En outre, les logements à Dublin sont chers, et vous aurez sans doute besoin de renoncer à un peu de votre confort. Nous sommes en chambre partagé avec un lit simple (chacun) et devons payé 500€ par mois (chacun). Vous aurez du mal à trouver moins cher, et attention aux offres qui ont l’air trop intéressantes.

Petite sélection de sites à visiter :

Demandez aussi à rejoindre le groupe facebook « Les français à Dublin ». Il regroupe de nombreuses personnes prêtes à vous aider pour toutes questions (logement, bonnes adresses, bons plans).

Transport

A Dublin, on prend le bus ou on marche. La ville n’est pas très grande comparée à Paris (on peut la traverser à pied en un peu plus de 2 heures), mais il y a tout de même beaucoup de bus. Le prix est de 2€70 exactement, et on ne paye qu’en espèce (que des pièces, les chauffeurs n’acceptent pas les billets). De plus, payez le montant exact : si vous payez plus, vous recevrez un ticket à apporter dans un bureau pour être remboursé du surplus. Pour vous simplifier la vie, vous pouvez vous procurer une « leap card » (équivalent de la carte navigo). Elle vous évitera d’avoir à transporter beaucoup de monnaie, mais attention à la recharger régulièrement si vous ne voulez pas être surpris. Points très positifs : les bus sont assez récents et disposent d’une connexion Wi-Fi. Plus d'infos sur la Leap Card

Il y a aussi beaucoup de Taxis à Dublin, à toute heure du jour ou de la nuit. N’hésitez pas à y faire appel si besoin, ils sont vraiment présent partout et nous n’avons jamais eu de mauvaises surprises.

Securité

Même si l’ambiance est toujours à la bonne humeur à Dublin et que les gens y sont très sympathiques et aimables, restez tout de même sur vos gardes. Il m’est arrivé plusieurs fois de me voir proposer de la drogue dans la rue, même en plein jour, et nous avons été témoins de quelques bagarres violentes. Aussi, ne vous déplacez pas avec beaucoup d’espèces sur vous et faites une photocopie de votre carte d’identité au cas où. Il n’y a aucune raison que quelque chose vous arrive, mais autant prendre un minimum de précautions pour pouvoir profiter un maximum. (En cas d'urgence, sauvegarder les deux numéros de la police locale: 999 ou 112 )

Cependant, ça n’est pas la peine de devenir paranoïaque. Dublin est une ville très accueillante, tout le monde y est très amical et chaleureux et si vous avez le moindre problème, n’importe qui dans la rue prendra le temps de vous aider : lors de notre premier jour, nous n’avions pas de pièces et une dame nous a offert de quoi nous payer le bus plutôt que d’accepter d’échanger un billet contre de la monnaie. Plus largement, toutes les personnes que nous avons rencontrés (collègues, colocataires, personnes dans la rue) ont toujours été très chaleureuses et amicales.

Découvrir Dublin

9 Mai 2017 , Rédigé par Étudiants du département informatique de l'IUT d'Orsay Publié dans #Stages en Europe, #tourisme, #2017

Le lieu de stage: la Dublin City University

Nous sommes deux étudiants de l’IUT d’Orsay partis faire un stage dans le laboratoire informatique de la Dublin City University(DCU). Bien que la DCU soit la plus petite université de Dublin, la taille de son campus reste assez impressionnante. La DCU dispose de nombreuses cantines qui proposent des repas assez équilibrés et variés pour un prix tournant autour de 5€. D’autres services sont proposés dans le campus tels qu’une bibliothèque, un supermarché, une libraire, une pharmacie ainsi qu’un coiffeur et un bar. Sachez que certains soirs de la semaine, des DJs mixent au bar, surtout le vendredi, et celui-ci est alors très animé.

 

Dublin City University

Dublin City University

Au sein de la Dublin City University, nous avons intégré l’ « ADAPT Center ». C’est un laboratoire de recherche en informatique qui accueille, en dehors des responsables et des chercheurs, de nombreux doctorants (PHD en anglais). Le lieu de travail est très agréable puisqu’il s’agit d’un Open-Space assez grand et assez récent : ne vous inquiétez pas, vous ne serez pas entassez les uns sur les autres !

Sortir et visiter Dublin

Il y a beaucoup de choses à faire à Dublin et parfois, il est difficile de savoir par où commencer. Nous allons dans les paragraphes suivants vous faire une petite liste des bons plans et choses à voir dans cette belle ville qu’est Dublin.

Dublin est une ville grande et étendue : la majorité de ses activités sont concentrées au centre tandis que les habitations se trouvent dans la périphérie. La périphérie de Dublin est une succession de résidences pavillonnaires où les maisons se ressemblent énormément.

Lorsqu’il fait assez beau, il est très agréable de se balader dans les petites rues du centre de Dublin et le long du fleuve « Liffey ». Deux rues ont particulièrement retenu notre attention : Liberty Lane et Richmond Street. Ces deux rues sont couvertes de graffitis qui sont renouvelés toutes les semaines.

Liberty Lane et Richmond Street
Liberty Lane et Richmond Street
Liberty Lane et Richmond Street
Liberty Lane et Richmond Street
Liberty Lane et Richmond Street

Liberty Lane et Richmond Street

Il y aussi de nombreux musées à voir. En général, les musées à Dublin coûtent assez cher mais voici une sélection de musées à petits prix ou gratuits :

  • le musée national d’Irlande – archéologie est un très beau musée qui vous permettra de voir des bijoux, des outils … qui ont été découverts durant les fouilles archéologiques dans toute l’Irlande. Ce musée vous permettra de retracer l’Histoire d’Irlande en passant par les grandes époques telles que l’Age de bronze, l’époque médiévale, l’invasion des Vikings … (Gratuit)
  • la « National Gallery » est une galerie d’art qui propose une exposition permanente gratuite. Le thème de cette exposition est « la peinture européenne moderne » : vous pourrez y admirer de nombreux tableaux de peintres français connus comme Monet, Renoir, Gaugin mais également d’autres nationalités comme Picasso ou encore Van Gogh. (Gratuit)

Pour sortir à Dublin le soir, ce n’est pas très compliqué mais quelques points restent encore à éclaircir avant que nous puissions vous donner quelques bons plans. Comme en France, il est possible d’acheter de l’alcool à partir de 18 ans mais pour rentrer dans les bars, c’est une autre histoire. Certains bars n’acceptent pas les moins de 21 ans et les vigiles sont très regardants sur ça. (Cela n’empêche pas que certains soirs de semaine, les vigiles étant moins regardants, il est plus facile de rentrer).

                Pour aller boire un verre, il y a beaucoup de bars et de pubs notamment dans « Temple Bar », une rue très fréquentée par les touristes mais c’est dans ceux qu’il est difficile de rentrer lorsque l’on n’a pas 21 ans. Rassurez-vous, nous vous avons dégoté trois très bonnes adresses qui ont chacun leurs particularités :

  •  "The Brazen Head", c’est le plus vieux pub d’Irlande et il date de 1198 ! Pas forcément très grand, ce pub conserve de nombreux attraits d’époque. Il a accueilli en tant que clients de nombreux écrivains et révolutionnaires Irlandais. De plus, ce pub propose des Lives de musique traditionnelle et de temps à autres, des grands musiciens irlandais. Venir tôt est conseillé car il y a souvent du monde. (http://www.brazenhead.com/index.php )
  • "TP Smith" est un pub plus tranquille excentré des grandes rues très touristiques. Il propose un grand nombre de bière et les prix ne sont pas excessifs. De plus, le lieu est calme, original et il y a une impressionnante mosaïque au rez-de-chaussée.(http://tpsmiths.ie/)
  • "The Oliver St. John Gogarty Traditional Irish Bar", comme son nom l’indique, est un bar traditionnel irlandais qui a été conçu à la fin du XIXème siècle. Ce bar propose également des Lives de musique traditionnelle irlandaise et l’ambiance y est euphorique le week-end. C’est l’un des bars qui requiert d’avoir 21 ans mais ça arrive que nous puissions y rentrer sans nous faire contrôler. (http://www.gogartys.ie/ )

 

A plus tard pour un prochain article!

Les conditions de travail durant le stage

2 Juin 2016 , Rédigé par Étudiants du département informatique de l'IUT d'Orsay Publié dans #Stages en Europe

C’est une des premières question que tout étudiant souhaitant partir à l’étranger se pose. Comment se passera le travail dans le laboratoire de recherche ? Et c’est à cette interrogation que je vais répondre dans cet article.

Afin de mettre les choses au clair, je tiens à préciser que notre stage ne se déroule pas réellement dans un laboratoire de recherche au sens propre du terme. Le département informatique de l’université polytechnique de Valencia est l’équivalent, en plus complexe, du CCRI de l’IUT. En effet, c’est dans ce lieu que sont développées les applications utilisées par l’université et les professeurs.

C’est justement sur une telle application que mon stage porte. Suite au développement d’un lecteur vidéo capable d’afficher deux vidéos en parallèle, cela afin de permettre aux enseignants d’enregistrer leurs cours avec leur présentation (pdf, powerpoint, vidéo) et d’inclure le tout pour des MOOC, j’ai du créer un enregistreur spécial permettant de filmer et d’enregistrer les présentations afin de les afficher dans leur lecteur vidéo. Mes deux camarades quand à eux travaillent sur un changement de plateforme d’une ancienne application.

En lui même le travail est assez proche de ce que vous pourrez attendre d’un stage dans une entreprise. Nous avons chacun eu un bureau avec le matériel informatique à notre disposition. La première semaine a été principalement consacrée à l’auto formation grâce à des liens que mes collègues m’avaient envoyé par mail. Ne vous inquiétez pas, car auto formation ne signifie pas être seul, et j’ai pu disposer de l’aide de mes collègues à de nombreuses reprises afin de m’aider à comprendre les frameworks que j’employais.

Ensuite mon projet a été défini de manière plus claire, et j’ai commencé à travailler dessus. Une journée de travail typique se compose de la façon suivante : le matin à 8h30 nous embauchons. Jusqu’à 10h45-11h nous travaillons le projet à notre bureau, puis nous prenons une pause d’une trentaine de minute afin de nous restaurer. Cela peut sembler court, mais ce n’est pas le repas du midi, plus une collation afin de tenir jusqu’à ce dernier. Car de 11h15/11h30 jusqu’à 14h nous recommençons à travailler. Et à 14h la journée de travail est terminée, et nous pouvons rentrer chez nous. Parfois une réunion avec votre responsable de stage viendra changer cet emploi du temps, mais que le mot réunion ne vous effraie pas. En effet, elles consistent en présenter l’avancement du projet à votre responsable de stage (et parfois quelques collègues). S’en suit une discussion sur les éléments à améliorer, sur ce qui est bien, sur ce qu’il faut changer, etc. En moyenne, comptez de 10 à 30 minutes par réunion, et pas plus d’une réunion par mois environ.

Pour ce qui est de l’ambiance au travail, elle est excellente. Les collègues sont sympathiques et ouvert, et pour ma part ont tout fait pour me mettre à l’aise dès le premier jour. Seul bémol, certains d’entre eux possèdent un niveau d’anglais médiocre, ce qui peut rendre la communication difficile, sans compter sur l’accent espagnol qui peut rendre certains mots incompréhensibles. Par exemple, le mot « bug » se prononce « bour », car le g est prononcé r en espagnol. Lorsqu’on vous demande ce qu’est le « bour » qui vous bloque, vous risquez d’avoir du mal à comprendre au début, mais ne vous inquiétez pas vous vous y ferez vite.

Finalement, évoquons la pause collation d’une demi heure. Il y a de nombreuses cafétaria dans l’enceinte de l’université, et vous aurez tout l’embarras du choix. Il y a peu d’attente, et des tables en terrasse pour profiter du soleil. Les sandwichs proposés coûtent entre 1€50 et 2€50, mais sont bien plus garnis que leurs équivalent de la cafétaria de l’IUT. Si vous n’êtes pas végétarien, je vous conseille personellement le « bocadillo trece », un sandwich au jambon, bacon et fromage. Venez le gouter le et faîtes vous votre avis !

Pour résumer, les conditions de stage sont détendues ici, sans pour autant l’être trop. Vous pourrez travailler dans d’excellentes conditions, être épaulé en cas de soucis, et passer un très bon stage !

Départ à Valence

6 Mai 2016 , Rédigé par Étudiants du département informatique de l'IUT d'Orsay Publié dans #Stages en Europe

Partir en stage à l’étranger est un choix que l’on peut faire à la légère, mais qui a de nombreuses implications une fois que l’on s’y est engagé. Dès que nous avons su, mes deux colocataires et moi-même, que nous avions été acceptés à l’Université Polytechnique de Valence, nous avons commencé toute la logistique inhérente à ce départ. Il fallait principalement trouver un appartement disponible durant les trois mois, puis acheter les billets d’avions. Le plus tôt était en effet le mieux, afin d’avoir les prix les plus bas possible. Nous avons dès lors cherché sur Internet, envoyant des propositions de location à tous les appartements disponibles pouvant accueillir trois personnes. Nous avons reçu quelques réponses éparses, nous indiquant que l’appartement proposé était déjà loué ou réservé à des locations d’un an minimum. Bien que nul ne nous l’avait dit, nous nous doutions que le fait que nous soyons trois étudiants sans revenus fixes ne facilitait pas notre cause. Finalement, nous avons reçu une réponse positive, une seule parmi les nombreux mails envoyés. Premier coup de chance, l’appartement était situé non loin de notre lieu de stage. Second coup de chance, son propriétaire était suisse, et nous avons donc pu converser facilement avec lui afin d’avoir de plus amples informations. Après quelques discussions, nous avons porté notre dévolu sur son appartement. Les quelques photos dépeignaient un lieu plutôt vaste et qui semblait agréable à vivre. Nous aurions même Internet dès notre arrivée selon son propriétaire.

Dès que nous reçûmes la confirmation pour l’appartement, nous achetâmes les billets d’avions. Quelques semaines plus tard, nous voilà arrivé à Valencia. L’aéroport étant très éloigné de l’appartement, nous avons commencé à chercher un moyen pour nous y rendre. Après avoir réfléchi à prendre le taxi ou de nombreux bus, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une ligne de métro qui partait de l’aéroport. Une fois de plus, la chance était avec nous, car il se trouvait qu’une des stations de ce métro se situait à moins de cinq minutes de l’appartement. Une fois arrivé devant, nous avons attendu le frère du propriétaire afin qu’il nous fasse monter, nous présente les lieux et finalement nous donne les clefs. Il ne parlait absolument que l’espagnol, et c’est à trois que nous nous mîmes à tenter de nous faire comprendre, et de le comprendre. C’est alors que nous avons eu la première déception.

Je ne disposais pas d’un forfait téléphone qui me permettait d’envoyer des sms à l’étranger, ni d’avoir des données mobiles. J’aurais du vérifier cela avant de partir, et vous conseille vivement de le faire si vous envisagez un stage à l’étranger. Alors qu’il s’apprêtait à quitter l’appartement après nous avoir tout expliqué, nous lui avons demandé où était la box Internet, afin de pouvoir ainsi contacter notre famille et nos amis et leur donner des nouvelles. Ses paroles sonnèrent comme un glas à nos oreilles « No Internet ». Nous nous sommes senti floué, car on nous avait garanti un accès Internet.

Mais l’appartement en lui même compensait cela. Il était grand, bien lumineux, avec une cuisine toute équipée, un lave linge, un lave vaisselle, une télévision. Les chambres étaient grandes, certaines faisant la taille d’un appartement étudiant. Nous disposions de deux salles de bain, même s’il nous est vite apparu que l’une des deux était inutilisable. La chasse d’eau était cassée, la douche bouchée et de l’évier émanait une odeur de pourriture dès que nous activions l’eau. La seconde salle de bain était bien mieux, et devint rapidement la seule utilisée. Finalement, ce qui était le plus grand point fort de ce domicile, était sa proximité avec notre lieu de stage. Nous avons fait un repérage le lendemain afin de savoir où était l’Université Polytechnique de Valencia, et il se trouva qu’elle était à une quinzaine de minutes à peine.

Nous avons commencé le stage le lundi, du moins si l’on peut appeler « commencer le stage » ce premier jour. Après avoir rencontré le directeur des relations internationales, ce dernier nous a présenté à notre responsable de stage. Il nous a fait évaluer nos connaissances afin de nous répartir le mieux possible entre les deux missions de stage différentes. Puis une fois cela fait, il nous a renvoyé chez nous. Il fallait nous créer des identifiants upv afin de pouvoir accéder aux postes informatiques, et cela prendrait au moins une journée. Moins de trois heures après avoir commencé notre journée de stage, nous étions de retour à l’appartement, plutôt satisfaits de cette première journée. Nos horaires de travail étaient encore plus convenables. 8h30-14h du lundi au vendredi, avec une pause de 30 minutes pour prendre une collation aux environs de 11h. Ce qui faisait de chaque après midi un instant libre.

La seule chose qu’il nous manquait pour être pleinement installé était Internet. Cela fut la chose la plus dure, car non seulement la plupart des forfaits nécessitaient un abonnement d’un an minimum, mais aussi car détenir un compte espagnol était indispensable. Bien évidemment, le service téléphonique des fournisseurs d’accès était entièrement en espagnol, ce qui ne nous facilita pas la tâche lorsque nous tentâmes d’obtenir de plus amples informations. Nous avons demandé à un de nos collègues de bureau d’appeler pour nous, ce qui nous a permis d’obtenir toutes les informations dont nous avions besoin. Après avoir discuté avec le propriétaire de l’appartement, nous avons convenu de lui payer un loyer légèrement plus cher afin de mettre le forfait internet sur son compte espagnol.

Et nous voilà parfaitement installés, prêts à travailler pour les trois mois de stage et à profiter du merveilleux temps espagnol (il fait froid lorsque l’on n’a que 14°C). Nous avons pris le « rythme espagnol », plus adapté à nos horaires de travail. Les repas sont ainsi décalés d’environ 2h par rapport aux horaires habituels en France. Avec la plage à 20 minutes de marche, le supermarché à 5 minutes et le lieu de stage à 15 minutes, nous sommes parés à faire face aux mois qui restent.

Bien s'installer à Dublin

3 Mai 2016 , Rédigé par Étudiants du département informatique de l'IUT d'Orsay Publié dans #Stages en Europe

Salut à tous, je m'appelle Arthur et je suis en stage à la Dublin City University, dans le laboratoire de recherche informatique. Je vais vous donner deux trois conseils personnels sur comment bien s’installer à Dublin.

Tout d'abord le logement. Une fois n'est pas coutume, n'attendez pas la dernière minute !! C'est une chose qu'on vous a déjà dit mais je vous le répète pour que ce soit clair. Ensuite, trouvez-vous un logement étudiant, une auberge de jeunesse, un studio ou une famille d'accueil relativement proche de votre lieu de travail.

J'ai opté pour la famille d'accueil (et je vous le conseil d'ailleurs). Cette option est, à mon sens, la meilleure. Les familles sont très accueillantes et très arrangeantes, elles sont légèrement moins cher que les studios/logements étudiant et vous profiterez de ces moments pour améliorer votre anglais( et votre accent^^). En plus vous n'êtes pas seul, et vous pouvez profiter des équipements qu'ils mettent à votre disposition.

Cherchez des logements proches de votre lieu de travail. Dublin est très étendue par rapport à sa population. Le centre ville est condensé mais la banlieue n'est formée que de petits lotissements typiquement britanniques composés uniquement de maisons individuelles. Globalement, la banlieue est bien desservie par le réseau de transport urbain. Juste un petit bémol, le bus est cher : 2.60/trajet. Privilégiez la marche autant que possible.

Deuxièmement, l'installation. Partir à l'étranger seul n'est pas facile, je ne vous le cache pas. Il vous faudra bien une semaine avant d'être pleinement installé. Soyez ouverts d'esprit, c'est une expérience formidable ! Une fois que vous avez pris vos marques, que vous savez quel bus prendre ( à quel arrêt descendre ! ),... trouvez une/des activité(s). Je ne vais pas vous les lister, il y en a trop. Profitez du week-end pour vous reposez ou pour visiter la ville. Personnellement, comme je commence à 10h le matin, j'en profite pour aller faire du sport.

Enfin, "last but not least" comme on dit, comment se passe l'arrivée à Dublin. Vous êtes obligés de prendre l'avion, c'est un fait. Mais vous pouvez économiser de l'argent sur le billet. Deux choses à faire : prendre son billet à l'avance, le plus tôt sera le mieux; préférez les compagnies low-cost, Ryanair ou Aer Lingus par exemple. La compagnie RyanAir offre des tarifs avantageux même en prenant les billets à la dernière minute, cependant aucun vol ne relis Roissy-CDG à Dublin, il faut passer par l'aéroport de Beauvais.

Voilà ! Ce sont mes conseils, si vous avez des questions je serai heureux d'y répondre dans les commentaires. Je ne suis pas un expert en rédaction d'article de blog, j'ai fait de mon mieux pour vous faire part de mes impressions et j'accepte toute remarque sur l'article en lui-même pourvu qu'elle soit constructive.

Bonne chance pour la suite de vos études et je vous retrouve dans peu de temps pour un autre article :D